/news/currentevents
Navigation

Hausse des appels chez Urgences-Santé pour des cas d’intoxications lors du Grand Prix

GP F1
Photo Alex Drouin

Coup d'oeil sur cet article

Pendant les trois jours du Grand Prix du Canada, Urgences-Santé recevra entre 100 à 200 appels de plus par jour, dont plusieurs pour des intoxications d’alcool et de drogue.  

«On voit une grosse différence», confirme le chef aux opérations chez Urgences-Santé, Stéphane Smith.  

Il explique que les paramédicaux pouvaient recevoir 1000 appels pour une période de 24 heures pour les régions de Montréal et Laval. Pendant le Grand Prix, ce nombre peut monter jusqu’à 1200.  

«On a appelé le maximum de paramédics», dit M. Smith en mentionnant qu’environ 80 ambulances, soit 160 ambulanciers, étaient sur les routes ce qui représente une légère augmentation.  

«Nos interventions surviennent généralement le soir et la nuit, précise-t-il. En réalité, ça commence dès que les gens quittent l’île Notre-Dame.»

La plupart des demandes émanent du centre-ville de Montréal puisque c’est à cet endroit que les gens se réunissent pour festoyer.   

Les intoxications et les blessures à la suite d’une bagarre sont les principales raisons des déplacements des ambulanciers.  

Il y a des interventions qui se font sur le site du grand prix de Formule 1, mais rien d’alarmant, indique le porte-parole.   

«On peut intervenir une vingtaine de fois et ça peut parfois grimper à 50, pour plusieurs raisons, dont les coups de chaleur», ajoute-t-il.  

Le chef aux opérations chez Urgences-Santé a répondu par l’affirmative lorsque Le Journal lui a demandé si le Grand Prix était l’événement estival qui nécessitait le plus d’interventions.  

Attention aux coups de chaleur  

D’ailleurs, la journée sera chaude dimanche et Urgences-Santé explique la procédure à suivre si une personne à côté de vous est frappée d’un coup de chaleur.    

  • Appeler des secours. 
  • Extraire la personne de l’endroit ensoleillé et la mettre à l’ombre. 
  • Tenter de la refroidir en retirant quelques morceaux de vêtements. 
  • Lui faire des compresses qu’il faut appliquer sur la nuque et les aisselles.