/opinion/blogs/columnists
Navigation

La radicalisation de Québec solidaire

Les Québécois n’ont jamais été portés vers les extrêmes. Ni à gauche, ni à droite... Et c'est très bien comme ça!

La radicalisation de Québec solidaire
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le sort en est jeté, les dés étaient pipés. Québec solidaire, sans surprise, adopte la position la plus radicale en matière de « vivre-ensemble ».  

Dès les premières heures du Conseil national de Québec solidaire, déjà, l'indignation de plusieurs militants était connue; le parti infléchit et « oriente » les discussions. Vraiment? A-t-on oublié à qui on à affaire ici!    

Il y avait quelque chose de carrément surréaliste de voir la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé se féliciter de la « quasi-unanimité » de l’appui des délégués à l’option B lors du Conseil national de son parti.   

En effet. Score stalinien qui plaira à cette gauche. Cette gauche-là. Qui, hier, s’est coupée d’une part non négligeable des progressistes au Québec et au sein même de son parti.    

N’en doutons pas, des progressistes pour la laïcité, il y en a. beaucoup même. Vous avez lu Boucar Diouf, ou encore le philosophe Normand Baillargeon au cours des dernières heures? Ces gens seront ajoutés au rang des progressistes infréquentables qui défendent la laïcité.    

Car Québec solidaire –sans surprise, je le rappelle – s’est radicalisé hier. Ce parti vient de changer, et pas qu’un peu. Les plus extrémistes, les « inclusifs », ont pris contrôle de ce parti. Un abordage savamment planifié.    

On s’est assuré, surtout, de le faire APRÈS les élections. Car soyons francs, si Québec solidaire s’était présenté devant l’électorat, il y a quelques mois à peine, en défendant la position qu’il a adoptée hier, il y a de fortes chances que les choses se seraient passées différemment.    

D’une part, il aurait joué dans les talles libérales plutôt que péquistes. C’est l’évidence. Québec solidaire a choisi, hier, la défense décomplexée du multiculturalisme canadien, une position qui plaira à beaucoup de libéraux. Y’a qu’à voir la réaction de cette décision au sein de l’électorat non francophone.    

Par le fait même, les qsistes se sont coupés de l’électorat francophone. D’ailleurs, à lire la réaction de certains militants bien en vue, on comprend vite que certains de ceux qui ont appuyé l’option B n’ont que faire de ces « imbéciles analphabètes » qui appuient le projet de loi « raciste » de la CAQ.   

Oui, nous en sommes là.   

 

La radicalisation de Québec solidaire
Caricature d'Ygreck

Beaucoup de déception chez les militants de Québec solidaire  

Quand le résultat du vote a été rendu public hier, 91% pour l’option B et 9% pour l’option A, mes réseaux sociaux se sont enflammés. Ma boite de messages privés aussi. Au cours des dernières semaines, je suivais les conversations sur différents groupes de qsistes à propos de cette question.    

C’était tout sauf élégant, croyez-moi. Des militants de QS, pro-laïcité, qui se sont fait insulter, intimider, il y en a plus qu’on pense.    

Conséquemment, plusieurs partisans de l’option A ont tout simplement décidé de bouder le Conseil national du parti. C’est à quoi j’ai pensé quand le score est tombé; le Politburo a gagné son pari, les « inclusifs » aussi.    

Les discussions et journées de réflexion sur la laïcité organisées par le parti montraient sans l’ombre d’un doute que QS penchait pour l’abandon de la position traditionnelle du parti, soit la défense du compromis Bouchard-Taylor.    

Toutefois, gare à ceux qui croient que ce qui s’est produit hier se traduira par un grand exil des « laïcistes » chez Québec solidaire.    

Cela pourrait bien se produire, mais en majorité, ceux et celles à qui j’ai causé au cours des dernières heures hésitent à se dissocier complètement de leur parti. Pour le moment du moins.    

La déception est palpable, quelques voix se sont élevées , publiquement, pour dénoncer le processus, mais pas de grands appels à la désaffection.    

Toutefois, quand les plus extrémistes des « inclusifs » fêtent leur abordage du parti en insultant les membres qui appuyaient l’option A comme on le voit ici, parions que la patience de bien des membres sera rudement mise à l’épreuve.    

« Pour un bout de temps, je prendrai mes distances du parti » m’écrivait un membre influent de Québec solidaire hier. Tout en se désolant de la manière dont le débat sur la laïcité avait été mené au sein de sa formation politique.   

Les plus modérés chez QS savent très bien que leur parti, en se radicalisant comme il l’a fait hier, sur une question aussi importante que le « vivre-ensemble », vient d’abandonner toute chance de croissance au sein de l’électorat francophone.    

On dira ce que l’on voudra, les Québécois n’ont jamais été portés vers les extrêmes. Ni à gauche, ni à droite.   

Et c’est très bien comme ça.    

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions