/entertainment/tv
Navigation

«Le monstre» : un défi intense pour Rose-Marie Perreault

Rose-Marie Perreault
Photo d'archives Rose-Marie Perreault

Coup d'oeil sur cet article

Interprète principale de la série Le monstre, où elle incarne Sophie, une jeune femme victime de violence conjugale, Rose-Marie Perreault considère que ce projet est «le plus spectaculaire» auquel elle a pris part. 

«C’est probablement le personnage le plus complexe que j’ai eu à défendre. Et c’était en même temps très nourrissant d’avoir à faire ça. C’était la première fois que j’étais dans toutes les scènes d’une production, que je devais passer par une telle gamme d’émotions, de nuances», explique la comédienne de 23 ans. 

Le monstre est une minisérie en six épisodes inspirée du récit véridique du même titre d’Ingrid Falaise, publié aux Éditions Libre Expression en 2015. Dans l’histoire, l’alter ego d’Ingrid Falaise, Sophie, tombe amoureuse d’un dangereux manipulateur qui lui fera subir une terrible escalade de violence conjugale, physique et psychologique. 

L’acteur européen Mehdi Maskar prête ses traits à M, le «monstre» en question, et Jean-François Pichette, Macha Limonchik et Marie-Thérèse Fortin donnent vie aux parents et à la thérapeute de Sophie. Cette réalisation de Patrice Sauvé (Victor Lessard) est déjà en ligne pour visionnement sur Tou.tv Extra. 

Mission sociale 

Rose-Marie Perreault, qu’on a remarquée pour la première fois dans le film Les démons, enchaîne les rôles depuis l’âge de 18 ans. 

Le succès du long métrage de Philippe Lesage dans les festivals internationaux lui a apporté une certaine visibilité et lui a permis de rencontrer celle qui allait devenir son agente, Nathalie Duchesne. Une semaine après leur première poignée de main, l’actrice héritait d’un personnage dans la quotidienne radio-canadienne 30 vies, où le réalisateur Jean-Claude Lord l’a prise sous son aile. 

«J’ai appris vraiment rapidement, ç’a été une bonne école», commente Rose-Marie Perreault au sujet de 30 vies

Elle a ensuite foulé les plateaux de la comédie «Mes petits malheurs» et des films Les faux tatouages et La Bolduc. Elle est actuellement de la distribution de Clash, à VRAK, où elle personnifie la mannequin Arielle. 

Mais, en termes d’intensité, Rose-Marie-Perreault n’avait encore jamais eu à relever un défi de l’ampleur du Monstre

«Je suis toujours contente quand je décroche les rôles pour lesquels j’auditionne, mais celui-là, particulièrement, je savais qu’il était porteur d’une mission sociale, que ça ne serait pas juste de la fiction, glisse-t-elle. C’est terrible de se dire que ces choses-là arrivent. J’ai eu mal en lisant le scénario, j’ai trouvé ça très douloureux.» 

Pour se préparer à camper Sophie, Rose-Marie Perreault a lu et relu les textes de la scénariste Chantal Cadieux (Mémoires vives, Une autre histoire), qui signe l’adaptation télévisuelle du Monstre, a consulté des articles sur les pervers-narcissiques et a échangé avec des intervenantes de l’organisme SOS violence conjugale. Elle a lu «Le monstre» et «Le monstre – la suite» entre ses auditions pour l’obtention du rôle. 

«Ç’a été mon travail de préparation le plus complexe, parce que c’est une relation complexe. Ce n’est pas seulement de la violence conjugale, il y a aussi de l’amour. Quand on ne l’a jamais vécu, c’est difficile de comprendre pourquoi Sophie ne sort pas de là. Ce n’est pas parce qu’elle est naïve, c’est plus compliqué que ça. J’avais vraiment le souci d’être le plus nuancée possible, de montrer comment l’estime d’elle-même de Sophie se dégrade, alors qu’elle était tellement pétillante et pleine de vie, avant d’être bafouée par un homme pendant au moins trois ans de sa vie.» 

Lien émotif 

Au premier regard, on décèle certains traits physiques semblables entre Ingrid Falaise et Rose-Marie Perreault. La comparaison fait sourire cette dernière, qui dit entretenir un lien très émotif avec celle qu’elle incarne. 

«Ça doit être spécial pour elle aussi, observe-t-elle. La première fois qu’on s’est rencontrées, quand j’ai su que j’avais le rôle, ç’a été extrêmement touchant. On avait les larmes aux yeux toutes les deux.» 

Le monstre est en ligne sur Tou.tv Extra.