/opinion/blogs/columnists
Navigation

«L’échec d’une nation québécoise»? Wô les moteurs!

Plaquer les idéaux de Gérald Godin, 40 ans plus tard, sur la réalité d'aujourd'hui... très douteux!

«L’échec d’une nation québécoise»? Wô les moteurs!
Photo d'archives, Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Réponse au texte du politicologue Louis Balthazar paru dans Le Devoir du 29 mai dernier.   

Le titre de ce texte, déjà, avait de quoi surprendre. Nous serions au bord de «l’échec de la nation québécoise». Pourquoi? La préférence de la majorité des gens qui composent cette nation pour la laïcité républicaine.  

Vraiment? En dehors du multiculturalisme (ou de sa traduction québécoise, l’interculturalisme), point de salut?  

En gros, le politicologue Balthazar oppose les notions de «nationalisme civique inclusif» et de «nationalisme ethnique identitaire» conjugué au repli sur soi.  

C’est simpliste, voire grossier. Mais regardons-y de plus près.      

«L’échec d’une nation québécoise»? Wô les moteurs!
PHOTO COURTOISIE

Le souvenir de Gérald Godin  

Balthazar n’est pas le premier à se référer à l’ex-ministre péquiste Gérald Godin comme figure de proue et marqueur d’autorité en matière de «nationalisme civique». L’ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste Jean Dorion le fait souvent lui aussi. Dans le même but d’ailleurs: attaquer la préférence laïque de la majorité.  

Il y a quelque chose de profondément malhonnête dans le fait de plaquer la réalité dans laquelle évoluaient les politiciens d’il y a 40 ans pour les faire parler aujourd’hui à l’aune de nos débats. L’époque de Gérald Godin n’est pas celle-ci et s’y référer selon des postulats d’aujourd’hui est douteux.  

La réalité de l’immigration (son intensité au prorata de la population, surtout), les flux migratoires (l’accélération exponentielle de ceux-ci et la provenance de ceux qui migrent), la démographie de la société québécoise, la situation linguistique à Montréal et l’instrumentalisation de l’immigration.  

Des facteurs d’importance qu’il faut considérer et qui sont très différents, qui ont changé, radicalement, au cours des 40 dernières années.  

Surtout, et cela est absent de l’analyse de Balthazar ici, ne pas occulter l’effet de l’augmentation rapide des seuils d’immigration pendant la quinzaine d’années du règne libéral de 2003-2018, période pendant laquelle on a pratiquement abandonné l’impératif de francisation (le vérificateur général a été très dur à cet effet) et de régionalisation de l’immigration.  

Ce faisant, on a accompli une fracture évidente entre la métropole, lieu quasi exclusif de la diversification ethnique, et les régions, parents pauvres de l’apport de cette diversité de l’immigration.  

L’absence de volonté politique (où était-ce voulu?) en matière d’intégration à la société québécoise, francophone, déconfessionnalisée, au moment même où le Québec accomplissait un effort considérable d’accueil (au prorata de sa population, pendant cette quinzaine libérale, le Québec a accueilli plus que l’Angleterre, la France ou l’Allemagne), a beaucoup nui au climat social. Nous en vivons les stigmates aujourd’hui.  

C’est sur cette réalité-là qu’on tente de plaquer les idéaux de Gérald Godin, d’il y a 40 ans...     

«L’échec d’une nation québécoise»? Wô les moteurs!
Photo d'archives

On a déjà tenté le coup avec René Lévesque, aussi. Mais ça fonctionne moins bien. Pourquoi? Parce que l’ex-premier ministre, tout ouvert lui aussi à la diversité et au pluralisme, ne se gênait pas pour dénoncer l’instrumentalisation de l’immigration par les «anti-nationalistes». Et les libéraux en sont.  

Mon collègue Bock-Côté a d’ailleurs référé à l’historien Xavier Gélinas là-dessus, c’est éclairant:  

«En un mot, René Lévesque avait une vision profondément historique et enracinée de la nation et du nationalisme, et c’est seulement en déformant l’histoire qu’on peut en arriver à une autre conclusion. La tradition profonde du souverainisme, c’est un nationalisme inscrit dans l’histoire. Du moins, c’est ainsi que l’a pensé Lévesque. On peut vouloir rompre avec cette vision, mais alors on serait un peu mal venu de se réclamer de lui.  

«Je [Bock-Côté] me permets ici d’ajouter une pièce au dossier. Elle est tirée d’un discours prononcé par Lévesque dans le cadre des élections de 1970. Il y parle d’immigration en des termes qui feraient hurler nos gardiens de la rectitude politique. Je le cite. «On s’est donné un ministère de l’Immigration. L’autre, à Ottawa, pour lequel on paie, y a le droit de continuer à nous noyer, c’est lui qui a le pouvoir. Mais on en a un à Québec pour enregistrer la noyade.» 

On peut visionner le discours de Lévesque ici.  

En abandonnant, sciemment ou pas, les essentiels impératifs de la francisation et de l’intégration à la nation québécoise, des gouvernements anti-nationalistes ont contribué au pourrissement de la situation actuelle en matière de vivre-ensemble et à la fracture qui existe entre Montréal, la première couronne et les régions du Québec.  

Le Québec «multiethnique» auquel réfère Louis Balthazar dans son texte, celui auquel réfèrent aussi ceux qui se réclament de l’idéal de Gérald Godin, n’aurait été possible qu’en n’occultant pas la nécessaire intégration des immigrants à la société québécoise (et non ce laisser-aller actuel qui favorise plutôt l’identification à l’ensemble canadien dans le Québec) et la francisation comme socle capital de cette intégration.  

La «carte identitaire»  

Dans son texte, Balthazar en réfère à l’auteur Francis Boucher «pour constater les ravages de cette politique auprès des jeunes immigrants».  

Je me demande si M. Balthazar suit Francis Boucher sur les réseaux sociaux. J’en doute. Car si c’était le cas, il aurait peut-être choisi quelqu’un d’autre pour établir le postulat qu’il avance.  

Francis Boucher a appris à la dure qu’on ne se met pas en travers de l’idéal des gardiens de la doctrine «inclusive» au Québec. Il a été conspué, attaqué, insulté par les inclusifs et autres tenants de l’idéal diversitaire pour avoir osé défendre l’infinitésimal en matière de laïcité, Bouchard-Taylor, dans le parti de gauche de référence, semble-t-il, de la «nation inclusive»...  

Et il n’est pas le seul.     

«L’échec d’une nation québécoise»? Wô les moteurs!
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

«Les minorités»... nuance!  

En terminant, autre faille dans l’analyse de Balthazar, ce passage: «Le présent gouvernement est pratiquement absent de la métropole et d’autres centres urbains du Québec. Il s’en remet exclusivement à la majorité francophone pour faire des lois qui déplaisent aux minorités.»  

J’invite le politicologue à s’entretenir avec un autre politicologue, lequel occupe un rôle important au sein de ce gouvernement, le secrétaire aux affaires anglophones, le député de Sainte-Rose, à Laval, Christopher Skeete.  

Il est commode de placer dans des cases toutes faites les «minorités» du Québec. Surtout quand il est question de laïcité. Les «minorités» sont contre et subissent le projet de loi. La réalité est toutefois beaucoup plus nuancée.  

Tant chez nos concitoyens d’expression anglaise que chez ceux qui sont issus de l’immigration, il y a une part non négligeable d’appui à la laïcité. Ce qui fausse la donne, c’est que l’on offre la parole, de manière quasi exclusive, à certains représentants de ces collectivités qui sont viscéralement contre la laïcité. Et on insinue que ceux-ci s’expriment au nom de l’ensemble.  

Le député Skeete le constate dans le cadre de ses tâches en lien avec ce dossier, la réalité est beaucoup plus nuancée que ce qu’avance le politicologue Balthazar. Il est essentiel de le rappeler.  

D’ailleurs, l’appui à la laïcité au Québec dépasse largement les seuls cadres de la «majorité francophone». Il est difficile de trouver un autre dossier, si sensible, pour lequel on peut atteindre 65-70% d’approbation dans cette province.  

Une «nation québécoise» qui se conjugue au diapason de la laïcité institutionnelle peut très bien être pluraliste et inclusive. Ça aussi, on doit le rappeler.