/lifestyle/books
Navigation

Les ventes de livres continuent de reculer

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les ventes de livres neufs ont reculé au Québec l’an dernier par rapport à 2017.

L’Observatoire de la culture et des communications a précisé jeudi qu’il s’est vendu pour 613,8 millions de livres neufs par les grandes surfaces, les libraires, les éditeurs et les distributeurs en 2018. En 2017, ils avaient pu en vendre pour 620,4 M$, lit-on dans le bulletin Optique culture, une enquête recueillant le montant des ventes de tous les types de livres, peu importe leur langue ou leur catégorie, y compris les livres numériques.

Cette légère baisse est une «relative stabilisation, depuis 5 ans, du montant global des ventes finales de livres neufs réalisées par les entreprises du Québec», précise-t-on.

Ce recul des ventes de livres neufs s’inscrit d’ailleurs dans une tendance à la baisse observée depuis plusieurs années.

Sur 10 ans, L’Observatoire note un recul de 19,5%, soit 148,8 M$, entre 2009 (762,6 M$) et 2018.

L’étude propose quelques hypothèses pour expliquer la baisse des ventes. Ainsi, les Québécois dépenseraient moins qu’il y a cinq ans pour acheter des livres. «À titre d’exemple, le montant moyen dépensé par les ménages québécois pour le poste «livres et livres numériques» est passé de 94$ en 2014 à 85$ en 2016», explique-t-on.

De plus, «une partie des livres serait désormais achetée non plus auprès de détaillants du Québec, mais auprès de détaillants web situés hors Québec, comme Amazon.ca».

Par ailleurs, le prix des livres aurait baissé. Par exemple, illustre-t-on, «le prix moyen des livres édités au Québec est passé de 28,42$ en 2014 à 25,63$ en 2016».