/qubradio
Navigation

Lock-out chez ABI: une rencontre déterminante ce mercredi, selon Dominic Lemieux

abi
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

Tout juste sorti d’une rencontre avec le premier ministre François Legault lundi, l’adjoint au directeur québécois du syndicat des Métallos, Dominic Lemieux, croit que l’intervention du médiateur mercredi dans le dossier du lock-out de l’usine d’ABI sera déterminante.

À LIRE AUSSI: Rencontre entre François Legault et la haute direction d'Alcoa

Invité au micro de Mario Dumont à QUB radio, M. Lemieux a noté que la discussion avec le premier ministre québécois avait été «positive» dans la mesure où ce dernier avait accepté de rencontrer les représentants syndicaux de l’Aluminerie de Bécancour (ABI) au même titre que la partie patronale.

«Il a pris un peu plus d’une heure avec nous, donc on a vraiment eu le temps d’échanger de part et d’autre. C’est sûr qu’il avait ses visions sur le conflit et que, nous, on avait les nôtres aussi», a-t-il commenté.

Cela dit, l’adjoint au directeur québécois des Métallos soutient que, si le conflit prend une nouvelle direction, ce sera à l’occasion de la rencontre mercredi avec le médiateur Jean Nolin, alors que le syndicat présentera une contre-proposition à l’employeur.

«Je ne vous parlerai pas d’espoir à ce moment-ci. C’est vraiment mercredi, après la rencontre avec le médiateur, [qu’on va en savoir plus sur] la façon dont la compagnie va nous faire son retour aussi. On a vraiment lancé un message positif à l’employeur, donc on s’attend à un retour positif aussi de sa part», a-t-il affirmé.

Cette contre-proposition mettrait d’ailleurs de l’avant plusieurs «concessions» de la part des travailleurs, estime M. Lemieux.

«On a agi en syndicat responsable et on est revenu à la table avec une contre-proposition qui comprend de nouvelles concessions qu’on n’avait jamais acceptées par le passé», a-t-il jugé.

Selon le représentant syndical, le lock-out, qui dure depuis maintenant près de 15 mois, ne ferait en fin de compte que des perdants.

«Là-dedans, malheureusement, il y a deux perdants et ces deux perdants-là, c’est à cause de la décision de l’employeur de décréter un lock-out il y a 15 mois», a soutenu M. Lemieux.

ÉCOUTEZ l'entrevue avec Dominic Lemieux, adjoint au directeur québécois des Métallos, sur QUB radio :

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions