/finance/business
Navigation

L’aéroport de Québec accuse le comité Roy d’ingérence

Le rapport sur l’accessibilité aérienne sera tout de même publié la semaine prochaine

Gaëtan Gagné (à gauche) et André Fortin, les deux principaux dirigeants de l’aéroport, ont brisé lundi un silence médiatique de 10 jours.
Photo Stevens LeBlanc Gaëtan Gagné (à gauche) et André Fortin, les deux principaux dirigeants de l’aéroport, ont brisé lundi un silence médiatique de 10 jours.

Coup d'oeil sur cet article

Le Comité de travail sur l’accessibilité aérienne (CTAA) a voulu intervenir dans le processus de désignation du successeur de Gaëtan Gagné à la tête de l’aéroport, a dénoncé André Fortin, président du conseil d’administration de l’aéroport de Québec. 

«C’est le vrai nœud du problème, a indiqué ce dernier au Journal. Nous, on ne veut pas demander à la Chambre de commerce, à l’Office du tourisme, au Port de Québec ou à Québec International de participer au choix de leur directeur général. On ne se mêle pas de ça. Pourquoi, tout d’un coup, certains individus en font une quasi-obligation d’être sur le comité de sélection [de l’aéroport]?» 

Dix jours après les premières révélations du Journal au sujet de l’envoi de 26 mises en demeure par l’aéroport aux membres du CTAA, MM. Gagné et Fortin ont rompu lundi leur silence. Conseillés par le cabinet de relations publiques National, ils ont effectué une tournée médiatique. 

Dialogue de sourds 

Alors que le CTAA a annoncé lundi qu’il publiera son rapport la semaine prochaine, les responsables de l’aéroport de Québec assurent poursuivre la bataille pour empêcher ce document de voir le jour. 

Sans surprise, Gaëtan Gagné, grand patron de l’aéroport, a rejeté toute la responsabilité sur le Comité présidé par André Roy (également directeur de l’Office du tourisme de Québec). 

«Changer l’objet du Comité à la toute fin du travail pour inclure des portions sans l’accord de l’aéroport de Québec, ce n’était pas admissible pour nos employés», a indiqué celui qui quittera son poste dans les prochains mois. 

Selon lui : «On ne peut pas faire voir dans des messages mi-codés que ça ne fonctionne pas à l’aéroport de Québec.» 

L’Europe et les États-Unis 

Désirant se concentrer sur les enjeux de fond, les dirigeants de l’aéroport se sont félicités de la hausse de 6,2 % de l’achalandage en 2018 par rapport à 2017. 

Ils ont également mis l’accent sur l’organisation, à partir de mardi, à Québec, de Routes Americas, un forum de développement aérien des Amériques qui verra la participation de centaines de décideurs de l’industrie aérienne. 

Sans s’avancer sur un échéancier précis, M. Gagné a dit travailler sur l’ajout du nombre de liaisons directes à l’aéroport de Québec. 

Le premier axe concerne un vol quotidien vers l’Europe (Paris ou Londres) de façon à permettre des connexions vers l’Asie. 

L’autre priorité concerne les liaisons vers les États-Unis. Leur nombre sera appelé à augmenter dans la foulée de la construction du Centre de prédédouanement, croit le patron de l’aéroport. 

Appelé à commenter, André Roy a confirmé que son Comité travaille sur «les derniers détails» de son rapport. 

«On ne le publiera pas cette semaine, car on ne veut pas se chicaner devant la visite», a-t-il ajouté en référence au forum Routes Americas. 

Extraits du rapport du comité d’André Roy 

«Ce départ [de Gaëtan Gagné] représente pour le conseil d’administration une rare opportunité d’effectuer un changement de culture de gestion.» 

Le rapport déplore «l’attitude victimisante» des responsables de l’aéroport. 

Le rapport évoque «l’absence de relations fructueuses entre YQB [l’aéroport] et les acteurs régionaux». 

 Source : TVA Nouvelles