/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pourquoi ils quittent Québec solidaire...

Le dernier conseil national de Québec solidaire a laissé des traces, la radicalisation du parti en éloignera plusieurs.

Charles Taylor
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES Charles Taylor

Coup d'oeil sur cet article

Quitter Québec solidaire...  

La formation de gauche perd des membres. Le parti de gauche opère une transformation de son positionnement politique qui en rebute plusieurs, à gauche, au Québec.     

Ce n’est un secret pour personne, le dernier conseil national de Québec solidaire a laissé des traces. Mais le malaise au sein du parti de gauche avait commencé bien avant.      

L’impératif électoral de 2018 avait forcé la modestie de ceux qui étaient déjà critiques de la manière de faire de ce parti, et d’une certaine minorité très bruyante qui bousculait les instances qsistes.      

Charles Taylor
Photo d'archives, Simon Clark

Le congrès de Québec solidaire de mai 2017 avait déjà laissé un goût amer pour bien des militants. Ce qui devait être une discussion sur la possibilité d’alliances électorales ponctuelles avec l’autre parti indépendantiste, le PQ, s’est transformé en procès de l’ensemble de son effectif.      

Au final, la minorité bruyante a imposé sa loi. Pas question de discuter avec les «racistes». On se souviendra de cette chronique surréaliste de Michel David dans Le Devoir, à propos des échanges à ce congrès :      

«Lors du débat sur l’opportunité de conclure un pacte électoral avec le PQ, au printemps 2017, il avait mal mesuré l’aversion que leur inspirait la perspective d’un rapprochement.  

Il avait calculé qu’une alliance avec le PQ dans trente circonscriptions pourrait permettre à QS de faire élire jusqu’à treize députés, dont quatre à l’extérieur de Montréal. Les délégués au congrès de QS n’ont même pas voulu en entendre parler. Les péquistes étaient des mécréants, point à la ligne. M. Khadir l’a tout de suite compris et n’a pas insisté.  

Dans un autre texte intitulé Le Politburo, le même chroniqueur précise sa pensée à propos de l’aversion des instances de QS envers le PQ – en trame de fond, comment la gauche a renié sa signature de l’entente avec les autres partis souverainistes:    

À titre de président de Québec solidaire, Andrés Fontecilla connaissait parfaitement ses structures et son fonctionnement. Il pouvait mesurer mieux que quiconque l’étroitesse de sa marge de manœuvre. Il n’aurait jamais apposé sa signature au bas d’une entente avec les autres partis souverainistes sans le feu vert du Comité de coordination national de QS [...]     

En bon soldat, M. Fontecilla a accepté de prendre tout le blâme [du fait que QS ait renié sa signature]. «Ça arrive souvent qu’un négociateur juge qu’il y a entente, mais pas les instances qui le mandatent. Ce sont les dangers de la vie politique », a-t-il déclaré. En réalité, il n’y avait pas de problème avec la «feuille de route». Elle avait simplement le tort de démontrer qu’on pouvait faire affaire avec le PQ, ce à quoi plusieurs s’opposaient férocement au «Politburo» . On a donc préféré la cacher, et il faut maintenant lui trouver des défauts pour justifier cette cachotterie. On attend toujours qu’on nous explique lesquels.     

Québec solidaire, opacité et cachotteries...   

Ce pouvoir excessif concentré entre les mains de quelques personnes au sein de l’obscur Politburo irrite aussi plusieurs membres, pas que ceux qui, en dehors de ce parti, constatent l’évidence.     

C’est l’une des critiques qui est avancée par l’auteur, sociologue et conférencier Jacques B. Gélinas, lequel signe un texte percutant aujourd’hui dans Le Devoir pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à quitter Québec solidaire:      

Autre problème qui rend ce parti infréquentable: le déni de démocratie dans son fonctionnement interne. Insensiblement, le Comité de coordination nationale (CCN) s’est imposé dans le parti comme l’organe suprême qui en dicte les orientations. Plus d’un chroniqueur, dont Michel David (Le Devoir, 22 septembre 2018), a comparé le CCN au Politburo, cet obscur comité central qui, dans l’ex-URSS, détenait le pouvoir réel.  

Ce déni de démocratie a des racines profondes dans le parti. En octobre 2007, ses deux porte-parole, Françoise David et Amir Khadir, se précipitent, motu proprio, devant la commission Bouchard-Taylor pour y déposer et y défendre un mémoire favorable aux accommodements religieux et à la laïcité ouverte. Une position qu’aucune instance du parti n’avait débattue ni approuvée.  

Pour toutes ces raisons, je me vois dans l’obligation de quitter les rangs de Québec solidaire qui, subrepticement, a pris un virage antilaïque, antiféministe et antidémocratique .  

Vrai que l’attaque a été mal lancée, jamais coordonnée avec les stratégistes du PQ, mais on ne pourra pas dire que Jean-François Lisée avait tort quand il a pointé, en plein débat des chefs à l’automne 2018, l’opacité de la structure de Québec solidaire.     

Laïcité: repositionnement politique volontairement repoussé APRÈS les élections  

Les critiques de M. Gélinas, je les ai entendues tant de fois de la part d’autres militants de Québec solidaire. Par rapport à l’épisode de l’avalement d’Option nationale par QS ou encore, plus récemment, sur le repositionnement politique fondamental du parti dans le dossier de la laïcité.     

Un changement de cap majeur qui, comme l’explique M. Gélinas dans sa lettre, va à l’encontre des principes mêmes qui ont guidé la fondation de ce parti. Québec solidaire loge désormais à la même enseigne que Justin Trudeau et se veut être l’allié objectif des libéraux québécois dans la lutte contre le projet de loi 21 sur la laïcité.      

Alors que tous savaient très bien au sein de ce parti que la minorité très bruyante chez QS (avec le concours du Politburo) réussirait tôt où tard à infléchir la position du parti en fonction des dogmes de l’antiracisme le plus militant, le plus radical.     

Seulement que l’on s’est bien gardé de le faire AVANT les élections.      

Car cela aurait rendu la tâche bien difficile sur ce dossier capital que de se positionner de manière plus radicale que le PLQ! Imaginons Sol Zanetti, en pleine campagne électorale, devant expliquer l’abysse qui existe entre son appui indéfectible à la laïcité en 2013-2014 et ce qui a été décidé au conseil national de l’hiver dernier.      

Avant les dernières élections, ils étaient nombreux sur les réseaux sociaux, et dans les milieux politiques en tous genres, à bâtir autour de Québec solidaire une mouvance militante dynamique.     

C’est moins vrai maintenant.      

Plusieurs militants d’hier ont refroidi leurs ardeurs. Le dernier conseil national a laissé des traces; cette radicalisation de la position de QS, décidée à la quasi-unanimité de quelques centaines de personnes, ne reflétait manifestement pas la préférence de l’ensemble des militants et sympathisants qsistes.      

Et ça se voit.      

M. Gélinas ne sera pas le dernier à le signifier publiquement.