/entertainment/music
Navigation

Sarahmée: pas seulement une fille qui rape [VIDÉO]

Une semaine avant le jour J, nous avons rencontré Sarahmée chez Steve’s pour une entrevue et une perfo.

Coup d'oeil sur cet article

Sarahmée faisait paraître l’album Irréversible le 5 avril dernier. Dans un Ministère énergique, elle offrait un lancement relevé le 18 avril dernier. 

Une semaine avant le jour J, nous l’avons rencontré chez Steve’s pour une entrevue et une perfo. 

«La confiance en soi» et «l’urgence de dire les choses» émanent de chacune de ses chansons. 

C'est le rap français, avec lequel elle a grandi qui l'a placée dans cet état où il faut dire beaucoup en peu de temps. 

Il faut avancer, se lancer et dire les choses. C'est ce que le mot Irréversible évoque. «Je voulais un mot simple qui veut dire beaucoup», précise la rappeuse.  

Sous influences 

Les influences de Sarahmée sont diverses et c'est ainsi que son son se distingue. 

«Mon guitariste est d'origine colombienne et il m’envoyait beaucoup de choses durant la création de l'album pour mettre au courant des plus récentes inspirations latines. Je suis d’origine sénégalaise. J’écoute de la musique afrobeat du Sénégal, du Ghana et Nigéria», dit-elle en soulignant qu'elle voulait avant tout produire un rap qui lui ressemble. 

«La musique latine, ce ne sont pas mes origines donc je trouvais qu'il était important de m'en inspirer sans faire d'appropriation.»  

«J'hais vraiment le terme "musique du monde", mais je l'ai entendu de la bouche de certaines personnes de l'industrie qui te décrivaient», dis-je à Sarahmée en riant. 

«C’est très bizarre, croit-elle. Ça ne veut pas dire grand-chose. C'est plus afro beat, pour moi. Le monde est grand. Je ne crois pas à ça, la musique du monde.»  

Une fille qui rape  

«Le rap s'ouvre en général et le timing est bon», selon l'artiste. 

Depuis deux ans environ, elle remarque que le rap est en bonne position sur les radars des médias. 

«Les filles qui rapent, il y en a. Et je ne suis pas la seule, ok?», promet-elle. 

Ça fait dix ans qu'elle travaille fort pour faire connaître sa musique et elle est persuadée qu'il y a toujours de la place pour ceux et celles qui sont prêts à travailler fort.  

Alors qu'elle a souvent été «la seule rappeuse disponible» ou «la soeur de (Karim Ouellet)», elle espère aujourd'hui que les gens s'intéresseront à sa musique pour ce qu'elle est.     

  • Sarahmée offrira une courte prestation avec son frère Karim Ouellet pour l'ouverture de la grande finale des Francouvertes le 6 mai 2019 au Club Soda à Montréal.  
  • Elle assurera la première partie de Josman le 20 juin 2019 à L'Astral dans le cadre des Francos de Montréal.