/qubradio
Navigation

Sauvetage des animaux à Sainte-Marthe-sur-le-Lac: «une vision apocalyptique»

Sauvetage des animaux à Sainte-Marthe-sur-le-Lac: «une vision apocalyptique»
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC – Après que plusieurs animaux domestiques se sont retrouvés prisonniers des maisons inondées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les équipes de Service urgence et sauvetage animal tentent désormais d’aller à la rescousse des bêtes prises au piège, une situation que le directeur des opérations de l’organisme, Éric Dussault, a qualifiée de «vision apocalyptique».

«Ici, présentement, c’est soit des larmes de joie ou de peine, mais ça ne laisse personne indifférent ce qui se passe sur le terrain. C’est assez spectaculaire», a expliqué M. Dussault au micro de Mario Dumont à QUB radio, lundi.

Le service de sauvetage animalier, habituellement proposé sous la forme d’un abonnement payant, est offert en ce moment gratuitement aux citoyens sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dont plusieurs ont été contraints de laisser derrière leurs animaux derrière en raison de l’évacuation rapide.

«On a décidé bénévolement de mobiliser toutes les équipes que l’on avait de disponibles pour pouvoir venir en aide aux citoyens de la municipalité de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. C’est une opération spéciale pour nous», a soutenu le directeur des opérations de Service urgence et sauvetage animal.

Les intervenants de l’organisme vont actuellement de maison en maison, selon une liste ciblée par la municipalité, à la recherche de bêtes encore enfermées dans les demeures inondées.

Si, pour le moment une soixantaine d’animaux de compagnie ont été retrouvés en vie, d’autres n’ont toutefois pas eu la même chance, a partagé M. Dussault.

«C’est une vision apocalyptique. On rentre dans les résidences, il y a quasiment autant d’eau à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les animaux qui sont en cage dans les sous-sols sont malheureusement voués à la mort», a-t-il partagé.

Ce dernier a ainsi fait valoir que ses équipes devaient également composer avec des sinistrés déjà éprouvés à qui elles devaient annoncer une mauvaise nouvelle supplémentaire.

«Les gens mettent énormément d’espoir à ce que l’on retrouve leur animal. Quand on doit leur annoncer que, malheureusement, il est décédé, je vous garantis qu’il n’y a pas personne que ça laisserait indifférent de voir ça ici», a-t-il confié.

M. Dussault a assuré que son personnel serait sur le terrain aussi longtemps que nécessaire, mais que les prochaines heures seraient «critiques» pour la survie des animaux encore coincés.

«L’eau est quand même froide et plus que les heures avancent, plus qu’on va avoir à faire face à des animaux qui vont être dans un état précaire et qui vont nécessiter des soins. [...] On ne prend pas ça à la légère à notre niveau», a-t-il indiqué.

ÉCOUTEZ l’entrevue d’Éric Dussault, directeur des opérations de Service urgence et sauvetage animal, à QUB radio:

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions