/news/provincial
Navigation

Tramway de Québec: le projet de loi adopté à l’unanimité à l'Assemblée nationale

Coup d'oeil sur cet article

Deux semaines seulement après son dépôt à l’Assemblée nationale, les députés ont procédé vendredi à l’adoption finale du projet de loi sur le réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec.

Le processus ayant mené à l’adoption du projet de loi 26 s’est déroulé de manière expresse.

Après de brèves consultations publiques, mardi, les élus siégeant à la commission des transports ont procédé à l’étude détaillée des 25 articles du projet de loi en deux jours seulement. Un amendement a notamment été apporté afin d’obliger le gouvernement à rendre compte de l’état d’avancement du projet tous les six mois, entre autres en ce qui a trait au respect du budget et de l’échéancier.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, cela se traduira par une mise à jour qui sera publiée par le ministère des Transports, sur son site web, deux fois par année.

La prise en considération des travaux effectués par les parlementaires a eu lieu jeudi. Le vote ultime menant à l’adoption officielle du projet de loi 26 avait finalement été reporté à vendredi.

Unanimité

D’entrée de jeu, les partis d’opposition avaient prévenu qu’ils feraient en sorte que la pièce législative soit adoptée avant la fin de la session parlementaire.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, qui participe au Grand défi Pierre Lavoie, était absent lors du vote final. C’est donc la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, qui a eu droit aux traditionnels applaudissements réservés normalement au porteur du projet de loi.

« L’adoption rapide du projet de loi no 26 démontre, une fois de plus, l’importance accordée par le gouvernement du Québec au projet », a tout de même déclaré M. Bonnardel, dans un communiqué.

« Je suis heureux de franchir cette étape supplémentaire visant à doter la Ville de Québec du plus important projet de transport collectif de son histoire », a-t-il souligné.

« Le Réseau structurant de transport en commun est un projet phare pour la région de la Capitale-Nationale, a indiqué de son côté la ministre Guilbault. Je me réjouis donc de l’adoption du projet de loi no 26, qui donnera à la Ville de Québec les pouvoirs nécessaires pour la réalisation de cette infrastructure majeure. »

La Ville salue l’adoption

La Ville de Québec a aussi salué par voie de communiqué de presse l’adoption unanime du projet de loi 26 par l’Assemblée nationale.

« Le projet de Réseau structurant de transport en commun franchit un jalon important avec l’adoption du projet de loi 26, qui vient baliser et confirmer le cadre réglementaire nécessaire avec lequel la Ville et le Réseau de transport de la Capitale pourront travailler tout au long de la construction et lors de l’exploitation », s’est félicité Rémy Normand, vice-président du comité exécutif.

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla