/news/provincial
Navigation

Projet muséal dans le Vieux-Québec: un don «exceptionnel» de 5 M$

Le mécène Roland Lepage crée l’étincelle pour un projet muséal dans le Vieux-Québec

Roland Lepage
Photo Stevens Leblanc Roland Lepage

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à un don «exceptionnel et rare» du comédien et dramaturge Roland Lepage, un imposant projet muséal verra le jour dans le Vieux-Québec.  

L’auteur, comédien et homme de théâtre Roland Lepage, que plusieurs ont connu sous les traits de Monsieur Bedondaine, dans la série pour enfants des années 1960-1970 La Ribouldingue, a choisi de redonner à sa communauté.     

Originaire de Québec et ancien élève du Petit Séminaire, l’homme de 90 ans fait un don de 5 millions $ pour la mise en valeur des collections de l’institution.    

Le mécène Roland Lepage est fier de s’associer à un projet qui met en valeur les trésors des collections du Séminaire, où il a étudié. Il voulait poser un « geste significatif », et la collaboration avec le Musée de la civilisation et son directeur, Stéphan La Roche, était naturelle. « Nous sommes devenus des amis », relate ce dernier.
Photo Stevens Leblanc
Le mécène Roland Lepage est fier de s’associer à un projet qui met en valeur les trésors des collections du Séminaire, où il a étudié. Il voulait poser un « geste significatif », et la collaboration avec le Musée de la civilisation et son directeur, Stéphan La Roche, était naturelle. « Nous sommes devenus des amis », relate ce dernier.

«C’est un don exceptionnel et très rare à Québec», s’est réjoui le directeur général des Musées de la civilisation, Stéphan La Roche, qui chapeaute le projet. «C’est le legs d’une vie.»     

«J’ai étudié dans ces salles. Par les fenêtres, je regardais les bateaux qui partaient vers l’Europe. On rêvait de voyages. Je suis resté attaché à ça», se remémore M. Lepage quand il repense au Séminaire. Même si son travail l’a mené en Europe et à Montréal, il n’a jamais oublié ses racines et est revenu à Québec, avec laquelle il a «une histoire d’amour».     

Ainsi, le Musée et la Chapelle de l’Amérique francophone redeviendront le Musée et la Chapelle du Séminaire, dans un grand projet de 32 millions $.     

Le changement de nom est une demande non négociable de M. Lepage, qui voulait qu’on restitue le nom du Séminaire à ces deux entités.     

Maison des sciences  

On réaménagera le Musée dans la portion du Séminaire qui donne sur la rue des Remparts et qui a abrité, au 19e siècle, le premier musée au Canada.     

Les collections du Séminaire, qui recèlent des centaines d’objets d’une grande richesse, y seront mises en valeur dans un musée à vocation éducative tourné vers les jeunes et la famille, qui abritera aussi la Maison des sciences, dont Québec cherche à se doter depuis des années.     

«Ce ne sera pas un musée passéiste. Il sera tourné vers l’avenir, axé sur la jeunesse et très interactif», s’enthousiasme M. La Roche. C’est d’ailleurs l’ancienne vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Julie Lemieux, qui pilote le dossier.     

Trésors méconnus  

Dans les réserves du Séminaire, il y a des «trésors méconnus» qui pourront maintenant être exposés au grand jour. Des instruments scientifiques, des animaux naturalisés, des livres précieux, des meubles anciens et des archives remontant au 17e siècle.     

Si l’étincelle du projet a été déclenchée par le don de Roland Lepage, ce dernier espère maintenant que son geste inspirera d’autres mécènes de Québec. Il en appelle aux anciens du Séminaire, entre autres.     

Il faut maintenant boucler le financement et les deux ordres de gouvernement seront sollicités, en plus de la Ville de Québec, souligne le DG.     

Déjà, les premières approches sont positives, dit-il. «C’est le prochain grand projet culturel à Québec.»     

Si tout va comme prévu, on espère ouvrir les portes du nouveau complexe en 2023-2024.     

Collections du Séminaire       

  • 50 000 objets       
  • 1,2 km d’archives       
  • 184 000 livres           

Musée du Séminaire       

  • Inauguré en 1806       
  • D’abord connu sous le nom de Musée du Séminaire       
  • Devient en 1993 le Musée de l’Amérique française, puis en 2013, le Musée de l’Amérique francophone       
  • Plus ancien musée au Canada