/news/currentevents
Navigation

Une ex-infirmière ontarienne aurait fait une quinzième victime

Une ex-infirmière ontarienne aurait fait une quinzième victime
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Une ex-infirmière ontarienne condamnée à 25 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle pour avoir tué des personnes âgées a admis avoir fait une autre victime.

Ex-infirmière de Woodstock, en Ontario, Elizabeth Wettlaufer a plaidé coupable en juin 2017 aux 14 chefs d’accusation qui pesaient contre elle, incluant ceux pour les meurtres prémédités de huit personnes âgées dont elle prenait soin dans des résidences pour aînés.

Or selon ce que révèlent des médias locaux jeudi, la femme s’est confiée sur une quinzième victime. Elle a notamment admis avoir injecté de l’insuline à cette autre victime, a confirmé la police provinciale de l’Ontario. Les accusations n’ont toutefois pas été portées puisqu’elles n’auraient pas modifié la peine, a précisé le corps policier. La victime serait une septuagénaire du centre Meadow Park de London et les faits se seraient déroulés en 2014.

Pour rappel, entre 2007 et 2016, cette ex-infirmière a travaillé dans différentes résidences pour personnes âgées dans le Sud-ouest ontarien. Elle a profité de ses quarts de travail de nuit, où elle était la seule infirmière, pour empoisonner ses patients en leur administrant de l’insuline. Une telle injection cause d’importantes souffrances physiques avant de mener à la mort.

Les victimes d’Elizabeth Wettlaufer, des hommes et des femmes, étaient âgées de 75 à 96 ans. Elle a finalement été condamnée à la prison à vie, sans possibilité de libération avant 25 ans, en 2017 pour les crimes qu’elle avait reconnus.

Selon une enquête du ministère de la Santé ontarien, elle pourrait avoir fait beaucoup plus de victimes puisque 248 personnes sont mortes durant, ou peu après les quarts de travail d’Elizabeth Wettlaufer.