/lifestyle/techno
Navigation

Voici des conseils de moines (oui, oui!) pour prendre une pause des distractions numériques

On vous reproche de passer trop de temps sur votre téléphone intelligent? Les conseils de ce moine - datant de l’an 420! - sont pour vous.

 Voici des conseils de moines (oui, oui!) pour prendre une pause des distractions numériques
Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les distractions ne sont pas apparues avec l’ère informatique, loin de là. En fait, elles ont toujours existé... dans nos cerveaux.   

Notre matière grise possède d’ailleurs ce défaut inhérent, celui d’être fondamentalement instable. Les moines, obligés de penser constamment à Dieu, en connaissaient un rayon.   

Voici leurs trucs pour les éviter   

Autant les tentations étaient grandes à l’époque, autant elles le sont aujourd’hui.   

Avec nos ordinateurs et appareils mobiles, il suffit d’un clic pour s’égarer dans le virtuel d’Internet, des jeux et autres tentations connectées.   

Et c’est bien connu, le temps file à toute allure devant un écran.   

Le Marseillais Jean Cassien ne vous dit sans doute pas grand-chose, mais ce moine français a établi vers l’an 420 une importante œuvre doctrinale, Les Institutions cénobitiques et Les Conférences, qui a profondément influencé la vie en monastères dont les fondements sont encore appliqués de nos jours, révèle l’article de Jamie Kreiner, sur Aeon.co.    

Les huit principaux vices à éviter   

À son époque, les communautés monastiques prospéraient en Europe et autour de la Méditerranée, un boom ecclésiastique qui avait, on s’en doute, besoin d’un solide préfet de discipline pour que tous ces moines ne se concentrent qu’à la prière, à la lecture, aux chants et à la recherche de Dieu.   

À cette fin, ils devaient également se séparer de tout: famille, possessions matérielles, commerces, etc.   

En moine très rigoureux, ce maître spirituel fait saint par les papes Urbain V et Benoît XIV aurait eu jusqu’à cinq mille moines sous sa discipline.   

Sa doctrine fait mention des huit plus importants vices à conjurer:   

  • la gourmandise   
  • l’impureté   
  • l’avarice   
  • la colère   
  • la tristesse   
  • l’acédie (le découragement spirituel)   
  • la vaine gloire   
  • l’orgueil      

Ses conseils   

Certes, la prière, la lecture religieuse, le chant ou l’abandon de nos possessions ne sont pas les activités à privilégier pour éviter nos distractions contemporaines.   

Malgré tout, retenons les conseils suivants.   

Un, réduire nos activités aux choses sérieuses   

Une des formes de renonciation prescrite par Cassien.   

Deux, bouger !   

Les travaux manuels de l’époque que l’on peut remplacer aujourd’hui par l’exercice physique ou les sports facilitent la concentration.   

C’est connu et prouvé, les activités physiques sont bénéfiques autant pour l’esprit que pour le corps. Certains sont allés jusqu’à implanter des vélos-bureaux dans les entreprises.   

Trois, stimuler son imagination   

Cette technique visuelle encore enseignée de nos jours consiste à stimuler votre mémoire par association d’images.   

Des stimuli qu’affectionne notre esprit comme «les couleurs, l’horreur, la violence, le bruit servaient aux moines à l’apprentissage des textes.   

Ce procédé incite l’esprit à trier de manière logique les idées afin que la concentration et l’esprit critique soient perçus comme un jeu.   

Des diffuseurs sur YouTube et plusieurs applications mobiles se sont d’ailleurs inspirés de cette technique pour nous aider à mieux nous concentrer.   

Et quatre, une tâche à la fois   

Si vous vous croyez plus performant en faisant du multitâche, détrompez-vous.   

Le fait de courir plusieurs lièvres à la fois exacerbé par nos outils informatiques n’est pas productif.   

Une réalité que plusieurs études ont démontrée comme celle du «résidu d’attention» qui dit que «notre cerveau ne peut pas s’empêcher de penser à la première activité inachevée quand il y en a une nouvelle».   

En entreprise, on a compris ce principe en réduisant au minimum les alertes, les notifications et les courriels entre employés qui étaient sans cesse pris dans une spirale multitâche.